Forum Dédié aux étudiants de l'EST Salé, Département : Techniques de Management
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bâle II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aafifa boulahrouf



Féminin
Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : salé
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: Bâle II   Mer 3 Fév - 13:54

merciiiiiiiiiiiii bcp pour cet article là Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mohandis



Masculin
Nombre de messages : 223
Localisation : rabat
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Bâle II   Lun 16 Fév - 18:10

Les Notations Internes enclenchées

· La seconde approche pour 185 millions de DH

· Mise en œuvre adaptée au contexte

LES établissements bancaires marocains poursuivent la mise en œuvre des normes prudentielles de Bâle II. Après l’approche standard instaurée fin 2007, les banques s’attaquent à la seconde phase: l’approche «Notations Internes». La mise en œuvre de cette seconde partie a été évaluée par Sia Conseil, cabinet de conseil en management, à 185 millions de DH d’ici 2011. «Ce coût est une estimation complète des charges pour l’ensemble des banques marocaines», est-il précisé au sein du cabinet. Ce chiffre inclut l’avancement de la constitution d’historiques de données, la prise en compte des filiales et toute implication de ressource. Cependant, «le recours à des agents externes est laissé à la discrétion de chaque établissement», fait-on savoir au sein de Sia Conseil. Par conséquent, ce montant se repartit par type de ressource et par chantier. Ainsi, la partie «métier» prend la plus grosse part du gâteau avec 39% du total. L’organisation et les systèmes d’informations reçoivent, respectivement 23 et 22% du budget global. Enfin le pilotage obtient 16%. Concernant les chantiers, la constitution des historiques des données (prérequis à l’élaboration des modèles internes) mobilisera 35% du budget. Plus encore pour la modélisation des paramètres bâlois, qui accapareront la moitié de l’enveloppe globale. Les 15% restants concernent les aspects de «testing», de formation et de conduite du changement. Par ailleurs, l’étude de Sia Conseil attire l’attention sur le démarrage timide des banques dans la réflexion sur la mise en œuvre des Notations Internes. «L’état d’avancement est très disparate, notamment sur les aspects de mise à disposition des historiques et d’analyses statistiques», indique-t-on chez Sia. Certaines banques, adossées aux groupes bancaires européens, profitent déjà de la mise en place de ces approches. L’obligation de remontée des données et la constitution des historiques à leur maison mère sont légion depuis quelques années maintenant. Toutefois, la prise en compte du périmètre complet incluant toutes les filiales pourrait constituer une difficulté majeure. Celle-ci nécessitera, selon l’analyse du cabinet, «un effort de consolidation des engagements de chaque groupe ainsi qu’une harmonisation des pratiques et modèles internes au même groupe». Sur ce point, le cabinet juge que la charge de travail restant à fin 2008 est assez importante. Dans ces conditions, l’étude prévoit «un atterrissage» des différents projets à fin 2011 (au lieu de fin 2010). Cette mise en place est adaptée au contexte marocain. Et pour cause, contrairement au planning établi par la Commission bancaire en France, le régulateur marocain, tout en laissant libre choix aux établissements d’opter pour l’approche qu’ils désirent (standard, Notations internes fondations et Notations Internes avancées), leur a imposé une date unique d’application. Et pour plus d’homogénéité, Bank Al-Maghrib les a, tout de même, contraint à procéder par phases (trois). S’ajoute à cela, le passage du taux de solvabilité de 10 à 12% en 2010.

Définition


L’APPROCHE Notations Internes doit permettre un calcul des fonds propres adaptés au profil de risque de chaque banque. Elle introduit une mesure perfectionnée des fonds propres nécessaires à la couverture des différents risques (de crédit, de marché et opérationnel). Celle-ci devra se répercuter sur les process pratiques d’octroi des engagements par les banques.

M. A. B.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bâle II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Matières FCF-Semestre 4 :: Finance des marchés-
Sauter vers: