Forum Dédié aux étudiants de l'EST Salé, Département : Techniques de Management
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 crise financière internationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mohandis



Masculin
Nombre de messages : 223
Localisation : rabat
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: crise financière internationale   Mer 15 Oct - 9:08

Merci Monsieur pour cet compréhensible article et j'aimerai bien que vous le mettez sur un journal, parce que la majorité des Marocain ne savent pas de quoi il s'agit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin


Masculin
Nombre de messages : 287
Age : 49
Localisation : Salé
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: crise financière internationale   Mar 14 Oct - 23:58

Que sont ces fameuses «subprimes» à l’origine de la crise financière américaine ?
Ce sont des «sous-prêts», des prêts consentis à des gens qui n’auraient jamais dû avoir accès au crédit du fait de leur situation d’insolvabilité. Pourquoi leur a-t-on quand même concédé ces prêts ? Parce que les banques les faisaient démarrer à des taux zéro en disant à leurs clients : «Au fur et à mesure que le temps passera, la valeur de votre maison va augmenter et vous pourrez renégocier vos prêts.» La loi américaine permet cette renégociation et les taux d’intérêts variables sont indexés sur les taux du marché. Donc si les taux augmentent, les emprunteurs paieront beaucoup et inversement si les taux baissent. Le pari des «subprimes» est que l’immobilier augmente de façon à ce que les emprunteurs puissent rembourser. Mais depuis deux ans, le marché de l’immobilier était en baisse aux Etats-Unis et les nouvelles maisons ne trouvaient pas d’acquéreurs. La valeur de l’immobilier a chuté et les gens ne pouvaient donc pas rembourser. Quant aux maisons saisies, leur peu de valeur ne suffisait plus à rembourser les emprunts. De là, tout s’effondre. Il y a eu 2000 milliards de dollars de «subprimes» aux Etats-Unis – c’est l’équivalent du PIB de la France.
Une étape essentielle du processus est la «titrisation»…
Oui, car ces prêts ont été ensuite titrisés, c’est-à-dire transformés en titres et vendus dans le monde entier. Les banques qui ont fait ces prêts, dont au premier rang Lehman Brothers, se sont fait assurer par des agences de crédit hypothécaire – comme Fanny Mae et Freddy Mac qui viennent d’être nationalisés aux Etats-Unis et qui représentaient 5600 milliards de dollars de crédit couvert – et les ont redistribués aux banques du monde entier qui ne savent pas en réalité ce qu’il y a dans les titres qu’on leur propose. Ainsi, ils ont acheté du Lehman Brothers comme un automobiliste achèterait une Mercedes. Le prestige de la «marque» Lehman Brothers a joué, mais à la place d’une Mercedes les banques ont acheté une voiture sans moteur. Résultat, les Anglais, les Espagnols, les Allemands, les Hollandais et à un degré moindre les Français ont acheté ces «crédits pourris» mélangés à des bons crédits. À partir de là, les bons crédits sont en quelque sorte infectés, on ne sait plus ce qu’ils valent et on commence à les vendre. La panique s’installe, les banques qui garantissaient les crédits ne peuvent plus les garantir et font faillite ou se retrouvent en grande difficulté.
Quel est le rôle des fonds spéculatifs baptisés «hedge funds» ?
C’est encore pire. On peut dire que les banques sont tout de même à moitié contrôlées et possèdent des fonds – ce qui est par exemple la grande force des banques françaises par rapport aux banques américaines. Les «hedge funds» – ou «gestion alternative» en français – sont des fonds d’investissements qui ne font que s’endetter. Ils achètent des crédits en s’endettant et en espérant rembourser leur dette un peu plus tard en revendant leurs crédits. Ils assurent également ces crédits – on parle alors de fonds de couverture – mais simplement en pariant sur la montée des cours. Ils n’ont pas d’argent et ne travaillent que sur le crédit, mais si leurs actifs ne montent plus, ils sont ruinés.
Aux Etats-Unis, le plan Paulson décrété par l’administration Bush s’est heurté aux républicains libéraux qui voient là du «socialisme» mais aussi à leur électorat populaire qui estime que ces 700 milliards de dollars sont un cadeau fait aux spéculateurs et à Wall Street. À l’inverse, les démocrates ont soutenu le plan de sauvetage qui va garantir selon eux le paiement des pensions, la sécurité des économies et la stabilité de l’emploi. Qui est dans le vrai ?
Ceux qui voient dans le plan Paulson du «socialisme» sont partisans de laisser le marché faire la purge, de laisser s’accomplir les faillites et de laisser les gros manger les petits. Les démocrates disent : le choix est entre mettre la main à la poche pour que les banques ne soient pas en faillite et que l’activité ne s’arrête pas ou bien s’enfoncer dans la récession et le chômage de masse. Par ailleurs, le plan Paulson garantit les actifs de chaque Américain jusqu’à 220 000 dollars. Quant aux gens de la rue, ils disent que si l’on finance les banquiers, ceux-ci continueront à faire les mêmes erreurs. Ce qui est d’ailleurs très possible. Ils viennent de sortir de la bulle de l’immobilier et commencent déjà à se lancer dans une autre bulle. Toutes les banques américaines sont en train d’investir dans les énergies renouvelables. On ne peut pas balayer d’un revers de main la colère et les craintes de l’homme de la rue.

_________________


La prospérité de ce Forum dépend de vos Participations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.top-management.c.la
 
crise financière internationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Effet de la crise sur la segmentation du marché
» Aucune Info sur l'internationale.
» La Crise des Subprime : Origines de l'Exces de Risque et Mécanismes de Propagation (Broché)
» La crise des subprimes
» Vers la crise du capitalisme américain ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Matières FCF-Semestre 4 :: Finance des marchés-
Sauter vers: